PRESENCE REMARQUABLE DU PM A DOHA : Quand la méthode Choguel K. Maïga séduit

Le Premier ministre, Choguel K. Maïga, participe au 5ème sommet des pays les moins avancés (PMA) au Qatar. L’objectif de la rencontre, c’est de lancer un appel pressant à l’aide suite aux ravages du coronavirus, de la guerre en Ukraine et du changement climatique. Les 46 PMA, dont le Mali, comptent 1,3 milliard d’habitants (14% de la population mondiale). Il s’agit de 33 pays d’Afrique, de 12 pays d’Asie-Pacifique et d’Haïti. 500 chefs d’entreprises ont répondu par leur présence au sommet pour stimuler l’investissement dans les pays pauvres. La présence du Premier ministre Choguel au sommet a été très remarquable.

Il a eu une série de rencontres très fructueuses avec entre autres : Mme le Premier ministre du Togo, la vice-présidente du Benin, le ministre des Affaires étrangères de la Turquie, le vice-Premier ministre de la Fédération de la Russie et le ministre du Travail et de la Fonction publique du Qatar, le vice-Premier ministre du Qatar Mohammed bin Abdulrahman Al- Thani. Au centre des discussions entre les deux personnalités : les relations de coopération à renforcer et à développer entre les deux pays. Il a aussi brièvement rencontré le Président de la Transition du Tchad, le Général Mahamat Deby, qui prend part à la 5ème Conférence des PMA. Le Premier ministre Choguel Maïga s’est également entretenu avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, accompagné du ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, de l’ambassadeur du Mali auprès de l’ONU Issa Konfourou et de la Conseillère spéciale du Président de la Transition, Traoré Binta Diop. Après cette série d’échanges fructueux, le Premier ministre Dr Choguel Maïga a pris part à l’ouverture de la 5ème conférence des PMA, en présence de l’Emir du Qatar et de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement. Prenant la parole, il a tenu un discours historique. Lisez plutôt l’intégralité !

Son Excellence Monsieur le Président de la République du Malawi, Président du Sommet, Son Altesse Emir du Qatar, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies,

Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi à l’entame de mon propos, de vous transmettre les salutations cordiales et fraternelles du Peuple du Mali, avec à sa tête Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, qui m’a fait l’honneur de me désigner pour le représenter à cette Cinquième Conférence des Nations Unies sur les Pays les moins avancés (PMA5). Je voudrais également adresser, au nom du Peuple malien et au mien propre, mes vifs remerciements à Son Altesse Cheikh Tamin bin Hamad Al Thani, Emir de l’Etat du Qatar, au Gouvernement et au peuple Qataris pour l’accueil si chaleureux et pour toutes les commodités réservées à la délégation malienne, depuis notre arrivée dans cette belle ville de Doha. Après l’organisation réussie de la Coupe du monde 2022, le Qatar offre encore au monde sa grande hospitalité légendaire et son engagement en faveur des causes justes et nobles. Merci au peuple frère et ami du Qatar, à son Gouvernement et à ses hauts dirigeants.

La délégation du Mali vous adresse, Monsieur le Président Lazarus McCarty Chakwera et Mesdames et Messieurs les membres du bureau, ses chaleureuses félicitations pour votre leadership des Pays les moins avancés. Le Mali se félicite de la tenue de ce Sommet, particulièrement en cette période cruciale où nous entamons la décennie d’action pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). En effet, ayons le courage de le reconnaître, les progrès enregistrés dans la mise en œuvre du Programme d’action d’Istanbul ont été timides et pour la plupart remis en cause par les impacts négatifs de la pandémie de la Covid-19, durement ressentis par les Pays les Moins Avancés, en raison de leur vulnérabilité macroéconomique aux chocs endogènes et exogènes. Nous devons avoir une vision à long terme, pour les dix prochaines années, et être plus ambitieux dans notre volonté commune de jeter les bases d’un nouveau cadre de coopération pour le développement des Pays les Moins Avancés. Comme le disait un fils émérite de l’Afrique, le Président Nelson Mandela, je cite : « Toute action qui ne découle pas d’une vision est du temps perdu. Toute vision suivie d’action peut changer le monde ». C’est de cela dont les PMA ont besoin pour assurer leur développement et pour sortir de la pauvreté. La coopération Sud- Sud est essentielle à cet égard.

Mesdames, Messieurs,

Le Mali reste fermement engagé dans la mise en œuvre des programmes en faveur des Pays les Moins Avancés. Ainsi, pour ne parler que du Programme d’action d’Istanbul 2011-2020, mon pays a adopté, en décembre 2011, le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP) 2012-2017. Par la suite, les efforts déployés ont permis de mettre en place un cadre unique de référence de mise en œuvre des politiques et stratégies de développement, dénommé Cadre stratégique de Relance Economique et de Développement Durable (CREDD) 2019-2023. Cependant, je dois reconnaître que l’opérationnalisation de ce référentiel s’est effectuée dans un contexte particulièrement difficile, marqué par la crise politique et sécuritaire au Mali et dans certains pays de la région. Cette situation a été aggravée par les crises sanitaires, comme l’épidémie de la fièvre à virus Ebola et, plus récemment, la pandémie de la COVID-19, aux conséquences néfastes pour nos populations et notre économie. En effet, comme vous le savez, mon pays, le Mali traverse depuis 2012, une crise multidimensionnelle et complexe, alimentée par le terrorisme et les trafics en tout genre. Or, le développement d’un pays reste tributaire de sa stabilité durable.

C’est pourquoi, sous l’autorité de Son Excellence le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, et à travers ses orientations pertinentes, le Gouvernement du Mali s’attèle à rétablir la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national. Aussi, le Gouvernement continue de déployer des efforts importants visant à renforcer les capacités opérationnelles des Forces de défense et de sécurité maliennes. Je puis vous assurer que ces actions donnent des résultats très encourageants sur le terrain, avec la mise hors d’état de nuire de nombreux terroristes, de leurs sanctuaires et bases logistiques. Ces efforts ont permis de rétablir progressivement l’autorité de l’Etat, d’assurer le retour, étapes par étapes des services de l’Etat, des services sociaux de base et de protéger nos populations et leurs biens. Parallèlement à ces mesures sécuritaires, le Gouvernement est résolument engagé dans un processus de réformes politiques et institutionnelles, en vue de la refondation de l’Etat malien. Ce processus s’inscrit dans le sens d’une gouvernance vertueuse et inclusive, à même d’assurer une stabilité durable des institutions et un avenir meilleur aux populations maliennes, conformément aux recommandations des Assises nationales de la Refondation (ANR), tenues en décembre 2021.

Mesdames, Messieurs,

C’est aussi le lieu pour moi de rappeler que le Gouvernement du Mali, conformément aux engagements pris avec les organisations régionales et sous régionale, reste déterminé à organiser des élections crédibles et transparentes, suivant le chronogramme convenu en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel. De même, le Gouvernement s’attèle à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger, dont le chapitre III est consacré au développement des régions du nord de notre pays. Monsieur le Président, Distingués participants, Comme vous pouvez le constater, il s’agit là de chantiers très ambitieux au plan national et dont la réalisation requiert également l’accompagnement des partenaires régionaux et internationaux du Mali. C’est à ce titre qu’à l’instar des autres Pays les Moins Avancés, le Mali fonde beaucoup d’espoir sur le Programme d’action de Doha. En effet, ce nouveau cadre de coopération pour les dix (10) prochaines années contiennent des mesures destinées à lever les obstacles au commerce international et à la compétitivité, y compris l’épineuse question des infrastructures énergétiques et de transport, les restrictions à l’importation et à l’exportation. Suivant cette dynamique, la mise en œuvre du Programme Cadre Intégré Renforcé en faveur des pays les moins avancés a permis au Mali de renforcer la dimension commerciale dans les politiques et stratégies de développement, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités d’offres des produits nationaux à forte potentialité d’exportation. En ce sens, le Mali s’inscrit dans la dynamique de la mise en œuvre de la troisième phase dudit programme.

Mesdames, Messieurs, Est-il nécessaire de rappeler que mon Pays, le Mali, est à la fois Pays en développement, mais aussi, Pays sans littoral et subit de plein fouet les impacts néfastes des changements climatiques à l’origine de nombreux conflits intercommunautaires et de nombreuses vulnérabilités écologiques et économiques. Par ailleurs, comme tous les pays dans ces catégories, le Mali est préoccupé par l’inflation, le faible niveau des investissements directs étrangers, les coûts élevés de l’énergie, la volatilité des marchés financiers et la perturbation des chaînes d’approvisionnement et de transport. Néanmoins, la bonne gestion des finances publiques a permis un accroissement significatif des recettes budgétaires, une maîtrise des dépenses publiques et une amélioration de leur qualité. Il importe donc de promouvoir une chaîne de solidarité et de justice internationale, pour lever les obstacles au développement des Pays les moins avancés. Le Programme d’Action de Doha est une réponse cohérente à cette demande forte. Il nous revient à présent de travailler ensemble à son application diligente et efficace pour les dix (10) prochaines années, en vue de l’amélioration des conditions de vie de nos populations, notamment les plus vulnérables.

Mesdames, Messieurs,

A la suite de l’organisation réussie de la coupe du monde 2022 de football, la tenue du présent forum indique clairement le rôle de plus en plus important que l’Etat du Qatar veut jouer dans le concert des Nations. Pour sa part, le Gouvernement du Mali reste disposé à coopérer avec l’ensemble des partenaires pour aider à réaliser ensemble les objectifs convenus dans le nouveau Programme de Doha, bien évidemment dans le respect des trois principes définis par Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, à savoir: le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et de partenariats opérés par le Mali et la défense des intérêts vitaux des populations maliennes dans toutes les décisions prises. Je vous remercie de votre aimable attention. No comment !

Agoumour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.